Il y a quelque temps, nous vous expliquions les clés pour jardiner en fonction du calendrier lunaire. Aujourd’hui, fini d’être dans la lune… Nous redescendons sur Terre, et plus précisément dans la terre, pour vous dévoiler comment faire du compost.

Plus besoin de vous vanter tous ses avantages ! Une réduction considérable des déchets ménagers et un engrais biologique pour vos petits plants en sont deux qui devraient vous inspirer assez pour vous lancer dans cet “art de la décomposition” !

Le Compost c’est quoi ?

Premiers pas : les contenants pour compost

C’est le nec plus ultra pour nourrir et protéger vos végétaux ! Le compost est un amendement naturel qui provient de déchets d’origine végétale. Sa décomposition se faite par des micro-organismes (petites bêtes et autres champignons). Cette fermentation est rendue possible par la superposition de déchets secs et humides, grâce à la chaleur.

Avant de vous lancer à faire du compost, il faut d’abord choisir un contenant adapté à votre espace et à votre quantité de déchets.

le compost en tas

Faire des tas

Pour une première expérience en jardin, la technique des « tas » est intéressante. En effet, elle ne suppose aucun investissement et permet d’observer l’évolution du compost à l’œil nu.
Il s’agit ici de disposer les déchets sur environ 1m² au sol et un mètre de hauteur, sur un espace plutôt à l’ombre. Une petite pyramide qui deviendra un véritable temple pour nos amis les micro-organismes. Pour la protéger du froid, vous pourrez la recouvrir de paille (une habitude à prendre pour vos légumes et aromates aussi !)
Son désavantage peut être son odeur. Car vous l’aurez compris ici tout est à l’air libre. Autrement dit, mieux vaut être en bon terme avec ses voisins !

Composteur

Les composteurs fermés

Si votre voisin n’est pas très compréhensif ou que vous-même vous ne désirez pas mauvaises odeurs et petits moucherons, optez pour des composteurs fermés. Ils sont disponibles dans différents matériaux : plastique, bois

La taille idéale de votre composteur dépend de la surface de votre jardin et du nombre de déchets (verts et ménagers). Réferrez vous à la quantité de déchet produite sur 6 mois à un an.

Les déchets de cuisine (épluchures, fanes…) mettront généralement six mois à se décomposer. Les tontes d’herbe et les feuilles mortes demanderont une année. Si vous souhaitez avoir du compost frais sous la main rapidement, vous pouvez toujours séparer ces deux types de déchets dans deux composteurs !

Une autre petite astuce… De nombreuses communes fournissent des composteurs ou favorisent leur acquisition en vous remboursant une partie. Renseignez-vous !

Lombricompost

Le lombricomposteur

Un autre contenant envisageable, en particulier si vous n’avez qu’un appartement (même sans balcon !), c’est le LOMBRICOMPOSTE, notre grand chouchou.

Aussi appelé le “vermicomposteur”, ce composteur se compose de plusieurs “étages” de contenants et dans l’un d’entre eux se cache une jolie surprise…. Des vers ! Ceux-ci sont de très gros mangeurs puisqu’ils mangent l’équivalent de leur poids par jour (essayez d’imaginer la nourriture que cela représenterait pour les hommes !). Une technique très efficace puisqu’en moyenne, ils réduisent par 5 fois le volume initial. Ses avantages sont nombreux car il ne dégage pas d’odeur, qu’il peut aussi être placé en intérieur et qu’il est plus rapide à donner du compost.

La solution parfaite pour les jardiniers citadins ? Pour un lombricompost réussi, il faut choisir des « vers de surface » (pas en dessous de 10 cm) et les bichonner en les préservant des gelées et des grosses chaleurs (+/- 20°C). Régalez-les avec vos restes de légumes, du marc de café mais aussi avec du carton (vos rouleaux de papier toilettes par exemple) qui apporteront au passage du carbone à votre compost. Par contre, veillez à ne pas placer de matières trop dures car les vers de compost n’ont pas de dents !

La clé de réussite du compost c’est l’équilibre !

l'équilibre du compost

Connaissez-vous le CHAA ? Non ? Normal car nous venons de l’inviter ! Ce sont 4 mots à retenir à tout prix pour réussir son compost : Carbone, Humidité, Azote, Aération.

Une composition de jardinier en déchet majeur …

La quasi-totalité des déchets organiques est compostable. Une bonne nouvelle pour réduire considérablement ses sorties poubelle !
Dans la catégorie déchets ménagers, vous pourrez mettre de côté les fruits et légumes abîmés, les épluchures, le pain, le marc de café, les filtres en papier, le carton, les mouchoirs, les coquilles d’œufs, le pain ou les plantes d’intérieur. Les déchets de jardin sont aussi à mettre au composteur : les tontes de gazon, les feuilles, les fleurs fanées, les mauvaises herbes.
N’hésitez pas à broyer les déchets plus solides comme les branches, les os ou les coquilles ou les noyaux pour accélérer leur décomposition.

Un équilibre azote/carbone qui donne le la à votre compost…

Le secret d’un bon compost c’est l’équilibre ! Entre des éléments secs et des éléments humides et surtout entre des éléments riches en carbone et des éléments riches en azote. Vous vous dîtes que c’est très intéressant mais que vous ne connaissez pas la composition de tous les déchets sur le bout des doigts ? Pour faire simple les déchets bruns, durs et secs sont souvent très riches en carbone alors que les déchets verts, moins durs et humides sont gorgés d’azote.
Le plus important c’est donc de trouver l’équilibre entre l’apport en matière brune et l’apport en matière verte.

Aéré et humidifié, tel est le compost dont vous rêvez

Pour éviter un compostage partiel, très lent et odorant il est impératif d’aérer votre compost en le mélangeant régulièrement (toutes les 4/6 semaines). Les micro-organismes qui s’occupent de la dégradation de vos déchets ont aussi besoin d’oxygène ! L’action de ces bactéries dégage de la chaleur ; l’aération permet donc qu’elles n’aient pas trop chaud et qu’elles ne meurent.
Pour bien mélanger votre compost, ramenez les couches inférieures sur le dessus avec l’aide de votre fourche. Pour vous assurer une meilleure aération vous pouvez aussi placer un lit de branches au milieu de votre compost.

Votre compost doit aussi être humide mais pas trop ! Un taux d’humidité trop important fera gonfler le compost et bloquera l’aération. Pour lui apporter plus ou moins d’humidité, jouer sur l’apport en déchets humides et secs. Pendant les périodes de plus grandes chaleurs, n’hésitez pas à l’arroser.

Une recette qui met combien de temps avant d’être prête ?

le compost à maturité

Enfin, l’action de décomposition prendra plusieurs mois. Généralement entre 4 et 6 mois selon les saisons et les déchets incorporés.
Vous reconnaîtrez un compost arrivé à maturité lorsque que son aspect sera sombre et homogène et lorsque sa douce odeur sera celle de la terre de forêt !
Vous pourrez alors déposer votre compost à la surface de votre terre pour l’enrichir en le disposant autour de vos plants pour les nourrir et les protéger. Par contre il faut éviter semer ou planter dans du compost seul car la plupart des plants ne s’y habitueraient pas.

Notre tour du compost s’achève…
Sur le papier (recyclé) vous êtes désormais de vrais “maîtres” du compost . Il ne vous reste plus qu’à passer à la pratique et vous vous verrez que jour après jour vous adopterez les bons réflexes pour faire un bon compost !

Vous voulez vous abonner à La Box à Planter ? Choisissez la durée de votre abonnement ci-dessous !

Cet article vous a plu ? Épinglez-le sur Pinterest !

Comment réussir son compost ?

Retrouvez les photos de l’article et bien d’autres sur notre Pinterest !

Derniers articles

Le plaisir de voir grandir des graines biologiques de qualité sélectionnées pour être semées pendant la saison. Être (vraiment) accompagné pour adopter la main verte, découvrir une surprise jardinage et beaucoup d’émerveillement, le tout à chaque saison…. c’est ça La Box à Planter !